Capture d’écran 2015-02-25 à 10.41.39

Une bonne condition physique, qu’est-ce que c’est ?

On définit souvent la condition physique selon cinq critères : la force, l’endurance musculaire, la capacité cardiorespiratoire, la composition corporelle et la flexibilité. Mais encore, en quoi chacun des ces éléments sont-ils utiles à une bonne santé physique? Débutons avec la force.

La force ou encore « force maximale » consiste en la charge la plus lourde que le corps est capable de soulever, maintenir ou retenir. L’importance dans la force musculaire est d’être équilibré pour éviter des blessures potentielles. Par exemple, on retrouve souvent des déséquilibres musculaires entre le bas du dos et les abdominaux, ce qui peut engendrer des problématiques telles que des élongations voire même des déchirures. Ainsi, il est important de travailler tous les muscles du corps de façon symétrique, agonistes comme antagonistes (par exemple, le biceps comme agoniste et le triceps comme antagoniste).

L’endurance musculaire quant à elle, est la capacité à répéter plusieurs fois un exercice ou à le maintenir sur une période de temps prolongée. Avoir une bonne endurance musculaire permet de travailler sans éprouver de fatigue précoce et/ou excessive.

La capacité cardiorespiratoire (ou cardiovasculaire) correspond à l’aptitude des poumons à transférer l’oxygène au sang et ainsi permettre au coeur de mieux distribuer le sang vers les muscles. L’aspect cardiorespiratoire permet donc d’avoir un meilleur coût énergétique puisque notre corps fournit moins d’effort pour réaliser une tâche. De plus, on constate que le rythme cardiaque diminue et qu’une moins grande tension est exercée sur le coeur ce qui diminue les risques d’hypertension artérielle.

Capture d’écran 2015-02-25 à 10.57.25

La composition corporelle c’est-à-dire le pourcentage de masse graisseuse par rapport à la masse maigre (muscles, os, tissus, organes) nous permet de connaitre notre poids réel. En effet, il ne faut pas toujours se fier à la balance puisqu’elle ne dissocie pas la masse grasse de la masse maigre. Il est donc possible, et normal qu’une personne plus mince soit plus lourde qu’une personne plus enrobée puisque les muscles sont plus lourds que la graisse. En fait, l’ennui est que la masse graisseuse est un gras inutile qui peut nuire à l’exécution des activités de la vie quotidienne et potentiellement développer des maladies métaboliques telles que le diabète de type II. De plus, il faut savoir que la graisse est «métaboliquement inactive» contrairement aux muscles qui eux sont dits actifs. Leurs simples présences brûlent des calories, d’où l’importance d’une composition corporelle forte en masse maigre et faible en masse grasse. C’est ici qu’une saine alimentation entre en ligne de compte!

La flexibilité est la capacité d’élasticité d’un muscle. Le muscle doit être capable de s’étirer pour ensuite reprendre sa forme initiale. Cet aspect est primordial pour la mobilité du corps. Il faut comprendre que lorsqu’un muscle est très tendu, le corps compense ailleurs pour être en mesure d’effectuer le mouvement demandé. L’exemple le plus commun est l’action de soulever un objet du sol. La très grande majorité des gens vont se pencher en courbant le dos pour atteindre l’objet puis le relever alors qu’en réalité, le mouvement devrait être fait avec une flexion au niveau des genoux. Les gens l’effectuent de cette façon puisque c’est le chemin le plus rapide, mais aussi puisque les ischiojambiers (face postérieure de la jambe) sont souvent très raides.

Malgré que ces cinq critères soient fondamentaux, d’autres aspects doivent être pris en considération pour atteindre une condition physique optimale. Le sommeil et la capacité à se détendre en font partie. Notre corps a besoin qu’un sommeil soit réparateur, mais aussi assez long. Il a été démontré que les gens qui ont moins d’heures de sommeil sécrètent plus de Ghréline, une hormone qui augmente la sensation de faim. De plus, nous devons apprendre à nous détendre pour relâcher nos muscles et éviter, par le fait même, des courbatures potentielles. Rappelons-le, l’activité physique est un agent anti-stress puisqu’elle permet à notre corps de sécréter jusqu’à cinq fois plus d’endorphine (hormone du plaisir procurant sensation de bien être physique et mental) qu’à la normale. Puis, tel qu’abordé dans mes articles précédents, avoir une bonne posture au quotidien est inévitable pour atteindre une santé optimale. Avec nos habitudes de vie, les gens sont de plus en assis à leur bureau, les épaules enroulées, la tête projetée vers l’avant et le dos mal positionné. Toutes ces mauvaises postures créent à long terme un désalignement postural et par le fait, plusieurs problématiques tels que les troubles neuro-musculo-squelettiques. En voiture ou au travail, il est important d’être assis de façon adéquate et de se lever le plus souvent possible pour permettre au corps de se dégourdir. Justement, gardez en tête que bouger quotidiennement est le premier pas à faire pour être en bonne forme physique!

Finalement, une bonne condition physique ne signifie pas d’être un athlète, mais bien d’avoir un mode de vie équilibré et sain. À vous de jouer!

Éliane Roy, étudiante en Kinésiologie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>